SKATERS : Quand une technique victorienne rencontre la culture contemporaine

Penant 7 ans, Jenny Sampson a photographié les skateurs de la côte ouest Américaine en utilisant un procédé vieux d’un siècle.

Ses portraits argentés sont réalisés au collodion humide (qui permet d’obtenir des photographies que l’on appelle des ferrotypes) et ouvrent de nouveaux horizons en créant de beaux portraits d’une sous-culture habituellement définie par le mouvement.

« L’utilisation d’un appareil photo grand format en combinaison avec le procédé photographique du collodion humide exige que le sujet reste immobile pendant une longue période.

La personne doit rester immobile pendant plus de 30 secondes – plus facile à dire qu’à faire et plus difficile encore sans sourire. Le réflexe de la plupart des gens, lorsqu’ils sont assis devant un appareil photo, consiste à sourire, montrant un moment artificiel de bonheur photographique.

Quand je demande à mes sujets de ne pas sourire, il y a souvent un sentiment de surprise et de soulagement, même de la part du skater le plus subversif. Au-delà de cette demande, le choix de pose leur appartient. »

De cette série est sorti un livre : Skaters. Tintype Portraits of West Coast Skaters.

Retrouvez l’entièreté de la série de Jenny sur son site