Photographier l’heure bleue…

Conseils et astuces de Cécile Domens, photographe et grande voyageuse !
« Le soleil s’est couché, la nuit pourtant n’est pas tombée. C’est l’heure suspendue… L’heure où l’homme se retrouve enfin en harmonie avec le monde et la lumière. » disait Jacques Guerlain. Artistes, peintres, et bien entendu photographes, nombreux sont les hommes qui restent fascinés devant l’heure bleue. Ce moment très court qui sépare le jour de la nuit, durant lequel le ciel se charge d’un bleu électrique ajoutant force et contraste à vos photographies.

1 – Se préparer à l’heure bleue

L’heure bleue, contrairement à ce que l’on pourrait penser ne dure pas une heure pleine, mais plutôt entre 15 et 20 minutes. Elle apparaît deux fois par jour. Une première fois juste avant l’aube et une nouvelle fois après le crépuscule.

Si vous avez du mal à vous lever très tôt le matin, privilégiez l’heure bleue en fin de journée. Elle suit tout simplement les « golden hours », quand, en fin d’après-midi, le soleil se couche et les lumières, chaudes et douces vous offrent elles aussi de belles opportunités photographiques. Vous pourrez ainsi prévoir une sortie photo englobant ces deux instants.

« […] soyez présent sur le terrain une demi-heure avant le début de l’heure bleue. »

2 – Faire du repérage

Nous l’avons vu, l’heure bleue n’apparaît que pour quelques minutes, il faut donc pouvoir être prêt au bon moment. D’autant plus que les premiers instants sont souvent les plus intéressants. S’il vous faut déjà plusieurs minutes pour rejoindre votre point de vue, puis encore quelques minutes pour préparer votre matériel, il sera probablement trop tard lorsque vous appuierez sur le déclencheur. Le ciel risque alors de tendre trop fortement vers les noirs. Pour éviter toute déconvenue, faites un repérage et soyez présent sur le terrain une demi-heure avant le début de l’heure bleue.

« Qui dit pose longue dit sujet immobile. »

3 – Les sujets

Même s’il n’existe aucune règle quant aux sujets à photographier durant l’heure bleue, gardez à l’esprit que les conditions de lumière sont considérées durant l’heure bleue comme difficiles. Il faudra donc des temps de pose assez long pour pouvoir la capturer. Qui dit pose longue dit sujet immobile. La pratique du portrait par exemple peut s’avérer compliquée durant l’heure bleue à cause des flous de bougé.

En revanche, les paysages sont particulièrement adaptés à l’heure bleue, notamment les paysages urbains qui, grâce aux lumières des rues et bâtiments, vont faire apparaître un contraste intéressant sur votre photo. Les plans d’eau, rivières, lacs et mers sont également de très bons sujets puisqu’une pause longue va permettre de créer des effets de mouvement très esthétiques sur vos clichés.

4 – Le matériel

Si vous avez été attentif durant nos premiers conseils, vous avez probablement deviné l’outil indispensable pour partir sur les traces de l’heure bleue : le trépied ! Sans lui, impossible de s’assurer une photo parfaitement nette durant les poses longues nécessaires pour photographier une scène sous les couleurs de l’heure bleue. Avec lui, on pourra si l’on en possède une, utiliser sa télécommande filaire ou à infrarouge pour déclencher son appareil à distance et éviter toute vibration pouvant se traduire par de légers flous sur vos photos.

« Évitez les modes semi-automatiques qui vont être biaisés par le faible environnement lumineux […] »

5 – Les réglages

Commencez par relever le miroir de votre appareil (fonction dans le menu), qui lui aussi peut provoquer des vibrations et des flous sur vos clichés durant les poses longues.

Évitez les modes semi-automatiques qui vont être biaisés par le faible environnement lumineux et vont avoir tendance à surexposer vos clichés. Passez en manuel. Sélectionnez une ouverture suffisante pour vous assurer une plage de netteté sur l’ensemble de votre sujet puis choisissez un temps de pose relativement long pour capturer assez de lumière et vous assurer une bonne exposition.

« On évitera l’autofocus […] »

Faites quelques essais et regardez les résultats sur votre écran pour trouver le bon couple ouverture/vitesse. Une fois celui-ci trouvé, continuez toujours à vérifier vos photos après la prise. Souvenez-vous que le ciel s’assombrit minute par minute, il faudra donc adapter vos réglages et allonger votre temps de pose au fur et à mesure.

6 – Comment faire la mise au point ?

On évitera l’autofocus qui sera tout de suite en difficulté face au manque de lumière. Placez le curseur sur « mise au point manuelle » et faites le point sur votre sujet. Pour les paysages, vous pouvez réaliser la mise au point sur l’infini pour plus de praticité. Attention à ne pas tourner la bague au maximum et à bien vous arrêter sur le symbole « infini », souvent placé quelques millimètres avant la buté. Enfin, si votre objectif est équipé d’une stabilisation optique, désactivez-là.

« […] le ciel occupe une place importante dans la réalisation de vos photos durant l’heure bleue. »

7 – La sensibilité ISO

Dans certains cas, les qualités optiques de votre objectif, ou le rendu escompté sur votre photo ne vous permettent pas de trouver un couple ouverture/vitesse suffisant pour obtenir une bonne photographie. Dans ces cas-là, vous pouvez faire intervenir la sensibilité ISO de votre appareil. Ainsi, vous pourrez l’augmenter pour obtenir un meilleur équilibre dans l’exposition générale de votre cliché. Attention cependant à ne pas trop monter dans vos valeurs ISO, car souvenez-vous que plus on augmente, plus le risque de voir apparaître du bruit sur sa photo est grand ! Si vous ne connaissez pas les performances de votre appareil, mieux vaut ne pas excéder 800ISO.

8 – Composer sous l’heure bleue

Une fois vos réglages effectués, il ne vous manque plus qu’à faire appel à votre œil de photographe pour composer vos clichés. Durant l’heure bleue, les règles classiques de composition s’appliquent, notamment celles que vous avez l’habitude d’utiliser pour la photographie de paysage et la photographie urbaine. On gardera quand même à l’esprit que le ciel occupe une place importante dans la réalisation de vos photos durant l’heure bleue. Enfin, les lumières, les lignes, l’architecture, les reflets sont autant d’éléments à manipuler sans retenue.

« […] un moment précis durant la journée où aucun filtre n’est nécessaire […] »

9 – Pour aller plus loin …

Vous avez sûrement déjà pu apercevoir de superbes photos de bord de la mer, ou bien d’une rivière ou d’une cascade et sur laquelle l’eau coule et donne un effet filé. Il est généralement nécessaire de disposer de filtres neutre-gris pour pouvoir réaliser ce genre de clichés en pleine journée et même au crépuscule. Il existe cependant un moment précis durant la journée où aucun filtre n’est nécessaire pour obtenir de tels résultats : et oui, c’est bien l’heure bleue ! N’hésitez pas à vous amuser avec les textures de l’eau sur vos photos de paysages urbains ou en pleine nature, les résultats seront parfois d’une très grande originalité !