Lewis Baltz

Le paysagiste ordinaire

( Conditions de participation au concours en bas de page )

Au premier contact visuel, on accordera très normalement un caractère austère, morne et un cruel manque de volume aux images de Lewis Baltz. Ce n’est d’ailleurs pas l’auteur lui-même qui contredira ces qualifications ; sa démarche a toujours été d’objectiver, et non de flatter.

À vrai dire, tout ce qu’un photographe peut mettre en oeuvre pour sublimer son sujet, sont autant de choses que Lewis Baltz ne fait pas…

La première expression de cette esthétique rigoureuse et maussade jaillit avec sa plus ancienne (et sa plus célèbre) série de photographies, « The Prototype Works », réalisée entre 1967 et 1976 ; des aplats de bâtiments anonymes, des lignes, des rectangles, des murs gris, un arbre parfois… Baltz dépeint grâce à ses compositions glaciales, l’urbanisation à la croissance fulgurante, et sans caractère de la Californie du sud.  

baltz

Images tirées de la série « The Prototype Works », 1967-1976

baltz

Lewis Baltz est né et a grandi dans cette même région, plus exactement dans le comté d’Orange, au sud de Los Angeles.

« Je suis né et j’ai vécu au coeur d’un endroit où l’urbanisation était une des plus rapide du monde, la Californie du sud dans la période de l’après-guerre. On pouvait voir les choses changer à vue d’oeil, c’était stupéfiant ; un monde nouveau était en train de naître, sans doute pas un monde très agréable, mais un monde qui était ce nouvel environnement américain, homogénéisé, qui se répandait dans tout le pays et allait s’exporter partout dans le monde. »

Fasciné par cette construction standardisée de masse, Baltz décide d’imager ce phénomène grâce à la photographie. L’artiste ne choisit pas ce médium par passion, mais car il lui trouve un caractère humble (n’importe qui peut prendre une photo), et un fonctionnement simple.

« Lors de ma prise de vue, j’étais à la recherche des choses les plus typiques, et j’essayais de les représenter de la manière la plus banale, la plus quotidienne, et la moins remarquable. Je tenais beaucoup à ce que mon travail ressemble à celui que n’importe qui aurait pu faire ; je voulais que ça ait l’air aussi muet, aussi distant, aussi objectif que possible. Mais bien sûr que ça ne l’était pas… »

Les photographies de Lewis Baltz s’apparente donc le plus souvent à des échantillons d’architecture, pris de face, sans volumes, et aux lignes radicalement droites. Pour ses photos méticuleuses et distantes, il parle même de « pièces à conviction ».

baltz

Images tirées de la série « The New Industrial Parks Near Irvine », 1974

baltz

En 1975, les images de Baltz rejoignent celles d’autres photographes comme Stephen Shore, Bernd et Hilla Becher ou Robert Adams pour former une exposition historique : New Topographics,  Photographs of a Man-Altered Landscape (Nouvelles topographies : Photographies du paysage modifié par l’homme).

L’exposition bouleverse, redéfinit la photographie de paysage, et amorce un tournant dans le style documentaire ; dès lors, les sujets photographiés ne sont plus théâtraux, et fondamentalement beaux, mais souvent banals pour ne pas dire laids… À l’instar de Lewis Baltz et de sa fascination pour la fadeur architecturale.

« La photographie peignait des situations exceptionnelles, des paysages théâtraux. Mais je ne vivais pas comme le philosophe naturaliste de Thoreau ! Ma vie quotidienne se résumait plutôt à remplir le réservoir de ma voiture… »

Baltz

Images tirées des séries « Park City » et « Nevada », 1977-1980

baltz

🏆

Gagnez une carte cadeau de 80€ !

Cet article vous est proposé en même temps que notre concours photo À LA MANIÈRE DE…

Pour participer, vous avez jusqu’au 5 MARS pour partager une image (de votre création), et inspirée de l’oeuvre de Lewis Baltz.

Postez votre photographie sous ce post Facebook

Celle qui récoltera le plus de likes sera la gagnante !
(1 photo par personne)

A GAGNER : une carte-cadeau The Photo Academy d’une valeur de 80 euros, ainsi qu’une publication sur notre magazine et notre compte Instagram.

🏆

baltz

baltz