Les dernières chinoises aux pieds de lotus

Malgré son interdiction en 1912 après la chute de la dynastie Qing, la coutume des pieds bandés a perduré pendant plus de trois décennies dans l’illégalité, avant que le gouvernement de la République de Chine ne la proscrive totalement en 1949.
L’artiste Britannique Jo Farrell a photographié une cinquantaine de femmes ayant subi cette mutilation.

Cette pratique consistait à bander les pieds des petites filles âgées de 5 à 6 ans et a les maintenir serrés pendant plusieurs années pour en arrêter la croissance. Au fil des années, les pieds se fracturent, se déforment, et les extrémités se nécrosent…
La taille idéale était de 7,5cm et les pieds de cette taille étaient considérés comme des attributs de beauté et de richesse : l’incapacité de marcher était associée aux classes supérieures, n’ayant pas besoin de travailler dans les champs.

Lire la suite : vernaculaire.com