Rosalie Colfs a photographié l’Amour

Rosalie Colfs est une photographe reporter dont le travail fait ressortir la beauté du monde avec sensibilité et bienveillance. Elle nous parle de son dernier projet, « Passeurs d’amour », ode aux sentiments amoureux défiants le temps qui passe.
Ces superbes clichés ont un message fort et positif qui mérite d’être entendu par le plus grand nombre. C’est pour cela que Rosalie a mis en place un Crowdfunding, qui permettra à ses images de se dévoiler dans une exposition et sur les pages de livres.

Bonjour Rosalie, pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Bonjour! Je m’appelle Rosalie Colfs. Je suis photographe reporter, ayant vécu 10 années au Burundi et au Congo où j’ai travaillé sur de nombreux projets personnels mais également pour des organisations telles que Médecins Sans Frontières, Handicap International, IRC, l’UNICEF, Avocats Sans Frontières, Terre des Hommes…

Durant mes années passées en Afrique centrale, j’ai développé une approche artistique favorisant l’émancipation sociale des sujets qui m’entourent. Mon objectif est de témoigner de manière positive et digne de réalités sociétales « méconnues » et ce, au bénéfice du plus grand nombre. J’ai, à ce titre, développé plusieurs expositions monumentales installées au sein même des communautés photographiées (enfants de la rue, travailleurs de l’ombre, justiciables, élèves, malades du SIDA), dans le but de susciter une réflexion et pourquoi pas, une réaction.

« La photographie est pour moi la meilleure façon d’exprimer ce que je ressens et d’analyser la société dans laquelle nous vivons. »

©Rosalie Colfs

D’où vient votre passion pour la photographie ?

L’académie des Beaux-arts, les études de stylisme et de graphisme, de nombreux voyages, mes enfants, un mari et des amis encourageants…. le tout m’a décidé d’en faire mon métier. Par passion d’abord, par conviction ensuite. La photographie est pour moi la meilleure façon d’exprimer ce que je ressens et d’analyser la société dans laquelle nous vivons. J’essaye toujours d’y apporter un regard critique mais positif.

« Ce sont ces rencontres qui m’ont données envie de laisser une trace durable, en réalisant une exposition et surtout un «livre de sagesse». »

Comment a débuté votre projet “Passeurs d’amour” ? Depuis combien de temps travaillez-vous dessus ?

«Passeurs d’amour» est un reportage photographique sur des couples d’hommes et de femmes qui s’aiment au-delà du temps. Je l’ai commencé pour rendre hommage à mes parents, à leur amour inconditionnel l’un pour l’autre. C’est un travail avec lequel j’ai voulu prendre mon temps afin d’aller réellement en profondeur, il y a donc une année que ce projet prend forme.

©Rosalie Colfs

Comment avez-vous choisi les couples que vous avez photographiés ?

J’ai commencé par une petite annonce sur les réseaux sociaux et ensuite le bouche à oreille à fait sa magie…

« j’ai voulu faire l’éloge de la lenteur »

Comment se passaient les séances photo ? Combien de temps restiez-vous avec les couples ? Comment arriviez-vous à mettre à l’aise des personnes pas habituées à être photographiées ?

J’ai accompagné, durant plusieurs séances, ces 9 couples que j’ai rencontrés chez eux à chaque fois. Je suis venue une première fois, sans mon appareil afin de faire connaissance et d’expliquer mon projet. Ensuite je suis revenue pour plusieurs autres séances pour partager avec eux des moments qu’ils aiment vivre ensemble. Dans leur intimité, leurs habitudes et rituels. Nous avons beaucoup parlé. Ce sont ces rencontres qui m’ont données envie de laisser une trace durable, en réalisant une exposition et surtout un «livre de sagesse».

Afin d’alimenter la conversation et la réflexion au cours de ces rencontres, j’ai souvent cité des passages des livres de Laurent Gounelle, auteur français, connu pour ses romans axés sur le développement personnel, dont j’apprécie beaucoup le travail. Monsieur Gounelle a d’ailleurs répondu avec enthousiasme à ma demande d’écrire la préface de ce livre.

©Rosalie Colfs

Que souhaitez-vous transmettre à travers ce projet ?

L’amour et la vie en couple, est la plus belle des aventures mais pas toujours la plus simple.

Dans une société guidée par la consommation et l’instantanéité, où tout va vite, trop vite, j’ai voulu faire l’éloge de la lenteur, ou plutôt de l’art de prendre du temps pour chaque chose et d’y trouver de la joie.

J’ai trouvé chez nos aînés un message d’amour et d’humanité que leur exemple nous transmet. Cette exposition et ce livre ont l’ambition de regarder l’avenir avec optimisme.

« l’entièreté des bénéfices de la vente de ces livres, reviendra à la maison de repos «Domaine des Rièzes et Sarts» à Couvin en Belgique. »

©Rosalie Colfs

Pensez-vous que l’art se doit d’être engagé, de quelque manière que ce soit ?

Engagé ça veut dire quoi? Engagé vis à vis de la société, de l’art en général?

Nous vivons dans un monde d’images, elles sont partout et doivent être belles, marquantes, choquantes, troublantes…

J’ai décidé que les miennes raconteraient des histoires, offriraient un regard sur des réalités peu ou pas connues tout en montrant la dignité de mes sujets, car c’est souvent ce qui me touche aussi.

Et donc pour répondre à votre question, oui, l’art gagne en puissance quand il est engagé. Et puis, en réalité je me sens plus comme un témoin d’une situation que je choisis d’observer, que comme une artiste.

Pourquoi le choix du noir et blanc ?

Le noir et blanc a cet avantage de donner une ambiance intemporelle et apporte à mon sens une dimension supplémentaire pour les portraits d’art.

Et puis c’est tellement beau ces nuances et profondeurs que l’on peut trouver dans ces noirs et blancs!

©Rosalie Colfs

Pourquoi avoir recours au système du crowdfunding ?  

Le crowdfunding nous permet à tous de participer à un projet empreint de sens et de positivisme, quels que soient nos talents ou nos moyens financiers. Nous en avons tellement besoin ! J’ai l’énorme chance de pouvoir faire de mon métier un moyen d’expression. Chaque année, j’essaie de mettre mon art au service d’un projet photo à caractère social, porteur d’un message positif.

J’ai décidé d’auto-éditer ce livre pour concilier la qualité de l’ouvrage et un prix de vente accessible. Les coûts d’impression d’un livre d’art avec une réflexion graphique et du papier de choix sont élevés.

En pré-commandant ce livre, les acteurs du crowdfunding le font simplement exister !

«Passeurs d’amour» est le troisième projet sans but lucratif financé en crowdfunding que je réalise. Le premier était une exposition monumentale sur les murs de Bujumbura intitulé « les travailleurs de l’ombre », le second une exposition pour offrir de l’art et de la culture au voyageur du train qui traverse le bas Congo « Kinshasa-Matadi Express ».

Et puis, ce n’est pas tout, afin de continuer à transmettre de l’amour, l’entièreté des bénéfices de la vente de ces livres, reviendra à la maison de repos «Domaine des Rièzes et Sarts» à Couvin en Belgique. Un établissement où l’on vit encore ses libertés dans le respect de l’autonomie et de la dignité des pensionnaires qui y vivent.

©Rosalie Colfs

L’exposition aura lieu à Ottignies en Belgique. Pour ceux qui n’auront pas la chance de la voir, où pourront-ils se procurer les livres ? L’exposition va-t-elle voyager?

Une fois sortie, une belle quantité sera déjà partie grâce aux dons du crowdfunding et pour les autres, j’ai établi une liste de librairies, magasins d’art ou de beaux objets où je souhaite laisser les livres en dépôt. (Filigranes, Cook & Book, Marie Hamilton, Gastu-press, L’agora,…)

Une liste détaillée d’endroits sera accessible sur mon site internet d’où il sera également possible de le commander (www.rosaliecolfs.org)

Avez-vous d’autres projets d’expo/livres à venir ?

Je dois bien vous avouer que ce travail me prend une grande partie de mon temps. Je me lance sur un projet à la fois… Mais ce ne sont pas les idées qui manquent !

 

Si vous souhaitez soutenir ce projet, rendez-vous sur KissKissBankBank