En escale à New-York, Yangon, Buenos-Aires ? Sublimez vos photos urbaines !

Conseils et astuces de Cécile Domens, photographe et grande voyageuse !

La ville est un terrain de jeu sans limite pour le photographe. Les sujets ne manquent pas et tout photographe peut sillonner les rues d’une ville des heures durant sans avoir le moindre manque d’inspiration. Gratte-ciels, bâtiment anciens et tous autres clichés touchant à l’architecture, sans oublier les hommes, la vie et les multitudes de scènes de rue qui défilent sous nos yeux ! Alors, c’est parti pour une balade photographique dans les rues de nos capitales !

1-Le matériel et les objectifs

L’un des grands avantages de la ville tient à la multitude de sujets et d’occasions que se présentent au photographe au cours d’une seule et même journée. Le matériel à utiliser va donc pour beaucoup dépendre du type de photos urbaines que vous aimeriez pouvoir réaliser. Un grand angle sera parfait pour des cadrages larges et des vues plongeantes sur une artère, ou bien pour mettre en valeur un bâtiment dans sa totalité.

« Certaines heures sont plus propices que d’autres pour mettre en valeur différents aspects de la vie d’une cité. »

Un objectif de type zoom sera un allié précieux pour se faire oublier du monde qui vous entoure et aller capturer la vie urbaine, tandis que la focale fixe sera particulièrement appréciée pour ses qualités optiques, la lumière qu’il capture dans un environnement parfois sombre et gris. Enfin, un trépied peut souvent s’avérer très utile en ville en fin de journée quand la lumière baisse ou pour des clichés dans des ruelles peu éclairées, des passages couverts…

2-Au bon endroit, au bon moment !

Pour réussir ses clichés urbains, il ne faut surtout pas oublier que la ville possède son propre rythme et évolue tout au long de la journée. Certaines heures sont plus propices que d’autres pour mettre en valeur différents aspects de la vie d’une cité. La plupart des gens se rendent par exemple au travail en tout début de journée, puis rentrent chez eux en fin d’après-midi, deux créneaux horaires durant lesquels le photographe pourra mettre en valeur le fourmillement de la ville.

« […] rien de plus simple que de se fondre dans la foule […] »

3-Se faire oublier

La particularité de la ville vient peut-être du sentiment d’anonymat que peu ressentir le photographe qui la traverse. Ici, rien de plus simple que de se fondre dans la foule, se faire oublier et s’installer sur un banc dans un parc en regardant défiler le monde sous ses yeux. Des conditions optimales pour le photographe qui cherche à saisir l’authenticité d’une scène de rue. Attention tout de même : l’anonymat ne veut vous donne pas le droit de rentrer dans l’intime d’une personne si celle-ci s’y oppose. On respecte les codes d’usage et la politesse lors de ses prises de vue, même au milieu d’une foule.

4-Mêler les hommes et les bâtiments

La photo urbaine regorge de sujets variés avec comme principales catégories, l’architecture d’un côté et l’homme de l’autre. Cela ne veut pas dire pour autant que l’un ne va pas sans l’autre ! N’hésitez pas à combiner ces deux sujets ensemble pour raconter une histoire et faire passer des émotions, ajouter une touche de vie à vos clichés, donner l’échelle d’un bâtiment.

« Opposez l’ancienneté avec la modernité, la propreté à la saleté, le désordre face à l’ordre, la couleur et le béton gris…. »

5-Jouer sur les contrastes

Les histoires en villes, au même titre que l’environnement, sont complexes et pleines de contrastes. Mettez ces contrastes face à face. Opposez l’ancienneté avec la modernité, la propreté à la saleté, le désordre face à l’ordre, la couleur et le béton gris…. Vous avez ici matière à composer des clichés particulièrement forts et une source d’inspiration infinie !

6-Faites la part belle au mouvement

La ville est un écosystème en mouvance permanente. Utilisez vos techniques photos pour représenter cette vie, ce mouvement. Une foule en déplacement, un train qui traverse une gare, les opportunités sont nombreuses. Usez et abusez des poses longues ou des filés. Ils se prêtent particulièrement bien aux milieux urbains en jouant sur la juxtaposition des bâtiments statiques et de la vie en mouvement.

« Regardez vers les bâtiments qui pointent vers le ciel, penchez votre appareil sur le côté, bref soyez créatifs ! »

7-Jouez avec les perspectives

La photo urbaine ne déroge pas à la règle: comme toujours, il est très important de bien travailler vos compositions. Ici encore, le contexte urbain se prête plutôt bien à l’exercice. La règle des tiers, non seulement est plutôt simple à appliquer, mais vous allez pouvoir observer en plus de nombreuses perspectives et points de fuite avec lesquels vous amuser. Regardez vers les bâtiments qui pointent vers le ciel, penchez votre appareil sur le côté, bref soyez créatifs !

8-Changez vos points de vue habituels

En ville, il ne faut pas avoir peur de « prendre des risques » et de sortir des prises de vues conventionnelles. Prenez de la hauteur depuis les terrasses d’un bâtiment par exemple. À l’inverse, rapprochez-vous du sol, vous allez peut-être y découvrir un angle et un sujet totalement différent. Ne vous fixez aucune limite !

« Et si l’on passait des couleurs au noir et blanc ? »

 

9-Pour aller plus loin…

Et si l’on passait des couleurs au noir et blanc ? Vous avez surement dû remarquer que nombreux sont les photographes qui utilisent le noir et blanc pour mettre en valeur des scènes urbaines. Les contrastes qui apparaissent naturellement dans les paysages urbains sont en effet souvent propices à des clichés dépourvus de couleur. N’hésitez pas à vous prêter au jeu vous aussi ! Vous pourriez être surpris du résultat !