Piss Christ, 1987

De la pisse... et un christ

Ne tournons pas autour du pot, cette image représente bien un christ dans de la pisse… Plus spécifiquement, l’artiste Andres Serrano a immergé un crucifix de plastique dans un bocal rempli de son urine et de son sang, avant d’en réaliser le cliché.

piss

Piss Christ, Andres Serrano, 1987

piss

Avec cette photographie, Serrano soutient que son intention n’était pas de provoquer, et pourtant, la simple énonciation du titre de l’oeuvre a de quoi faire bondir un bon chrétien (et même un mauvais).

En 1987, lorsque l’oeuvre s’expose en galerie pour la première fois, elle ne fait aucun bruit ; les visiteurs n’étant certainement pas très nombreux, et peut-être déjà initiés à un art subversif.

piss

Andres Serrano

piss

C’est en 1989 que les choses s’enveniment ; la photographie reçoit une récompense du Southeastern Center for Contemporary Art (SECCA), un musée américain partiellement financé par le National Endowment for the Arts (un organisme fédéral qui soutient, à l’aide de financements publics, des projets artistiques aux États-Unis).

La même année, lors de son exposition au SECCA, elle provoque un scandale, notamment auprès de groupes religieux qui accusent Serrano de blasphème.

Les sénateurs Al D’Amato et Jesse Helms expriment leur indignation vis-à-vis du soutien apporté par le National Endowment for the Arts. D’autres, en revanche, y voient l’expression de la liberté de l’artiste. Ainsi, sœur Wendy Beckett, critique d’art et religieuse catholique, déclare dans un entretien télévisé avec Bill Moyers, célèbre journaliste américain, qu’elle ne considère pas l’œuvre comme blasphématoire, mais plutôt comme une indication de « ce que nous faisons au Christ » ; autrement dit, cette photographie témoignerait de la façon dont la société contemporaine en est arrivée à voir le Christ et les valeurs qu’il représente. ¹

piss

Enregistrement audio du Sénateur Jesse Helms, condamnant l’oeuvre Piss Christ.

piss

Malgré tout, en 1998, le Sénat américain fait passer une loi obligeant le National Endowment for the Arts à utiliser des « critères de décence » lors de la sélection des oeuvres.

La photographie de Serrano laisse derrière elle un héritage à double tranchant ; d’une part, elle inspira, et continue d’inspirer les artistes souhaitant transgresser la morale, d’autre part l’oeuvre participa aux restrictions légales concernant la « décence » de l’art aux États-Unis, mais aussi en Australie.

piss

  1. Source : Wikipédia

piss