Le commerce de la foi aux Etats-Unis

Le Prix Mentor 2017 a été remis à Cyril Abad pour son reportage intitulé « In God We Trust , un voyage au coeur du business de la foi », une exploration de la société américaine au travers du prisme religieux.

Un Starbucks s’est installé à l’entrée de l’église, on peut lire dans la vitrine « Dans une journée, il faut un peu de café et beaucoup de Jésus ». Il s’agit de la Seacoast Church, à Charleston en Caroline du Sud, une de ces megachurches qui a intéressé Cyril Abad. Ces églises d’un nouveau genre se veulent informelles, autonome et veulent attirer les fidèles lassés des églises traditionnelles.
On assiste à la messe un café Starbucks à la main, on se voit proposer deux types de pain (hostie des protestants) : avec ou sans gluten… Le show du prêtre est tellement high-tech qu’il rappelle plus les conférences d’Apple qu’une véritable messe.
Les quêtes se font par carte bleue sur des machines disposées à l’entrée… pratique.

« Là-bas, croire est le premier gage de moralité », explique Cyril Abad. « Quand on ne croit pas, on est vu comme amoral. Il y a des gens qui perdent leur boulot pour avoir fait leur coming out d’athée. »

En Floride, à Orlando, Cyril a visité un parc d’attractions biblique où il est possible de faire une selfie avec Jésus, incarné par un acteur qui passe sa journée à porter une croix jusqu’à une reproduction du mont Golgotha, croisant sur son chemin Marie, en train de vendre des hot dogs.

Et comme si tout cela n’était pas assez étrange, Cyril est allé à l’Ark Encounter, un musée pour fondamentalistes chrétiens situé à Williamstown dans le Kentucky. Là, on peut y visiter une reconstitution de l’arche de Noé, dans laquelle sont disposés des animaux empaillés, entourés de panneaux démontrants aux visiteurs en quoi la théorie de l’évolution de Darwin n’est qu’un ramassis de mensonges, et que Dieu a bel et bien créé le monde en six jours.
Rien d’étonnant quand on sait qu’un américain sur deux ne croit pas en la « théorie » de l’évolution (sondage Gallup datant de 2005). Néanmoins, de nouvelles enquêtes plus récentes montrent que le pourcentage de chrétiens a baissé de 8 points (il est aujourd’hui de 70%) et que le taux d’Américain associé à aucune religion (athées, agnostiques ou « sans religion particulière ») a lui bondi de 6 points.

©Cyril Abad
©Cyril Abad
©Cyril Abad
©Cyril Abad
©Cyril Abad
©Cyril Abad
©Cyril Abad