Photo de plateau : comment bien rater un tournage

Chroniques décalées d’une photographe en freelance

Le photographe de plateau effectue un reportage pendant le tournage d’un film, d’une publicité, ou même, d’un shooting photo.
A l’heure où la majorité des affiches de films sont effectuées à partir de captures extraites depuis le film lui même (ce qui est la source d’une tristesse infinie pour ma part), zoom sur un métier particulièrement exigeant.

Tout comme la photographie de mariage, la photographie de plateau nécessite une grande agilité et rapidité de prise de vue, un sens inné de la discrétion pour ne pas perturber le tournage et la concentration des éventuels acteurs, et une bonne adaptabilité face aux conditions d’éclairages et de prise de vue.

Voici donc plusieurs conseils qui vous feront sans aucun doute virer d’un plateau en moins d’une heure.

 

Faire des photos en mode rafale et sans blimp*

De préférence pendant une scène nécessitant les larmes de la tête d’affiche du film.

Passer devant la caméra pendant un plan séquence*

Si vous ne devez le faire qu’une fois, choisissez la prise qui avait le plus de chances d’être réussie.

Mettre son téléphone en mode sonnerie (et lancer une conversation de groupe sur Facebook)

Ça fera un petit bruit de fond sympa, l’ingé’ son vous remerciera.

Raconter sa vie au HMC* (de préférence pendant que les actrices se concentrent ou se détendent)

Vous vous ferez peut-être des copines, mais sûrement pas les bonnes.

Dire au chef op* que sa lumière est nulle parce que ça fait des photos floues

Profitez en pour lui vanter les qualités techniques et artistique du flash, il appréciera.

Prévoir une seule batterie et une seule carte mémoire

Faîtes plein de photos dès le début de la journée afin d’être certain de ne plus avoir de batterie ou de place disponible au seul moment où on vous dira enfin « eh, toi, si tu veux faire 2/3 photos, c’est maintenant, on a un peu de temps. »

Être bien visible de tous en cas d’énorme retard sur le plan de travail*

Il m’est impossible de plaisanter à ce sujet, car dans ce cas (et surtout si vous avez suivi tous les conseils précédents), le mieux, c’est VRAIMENT de vous faire oublier.

 

* blimp : boîtier enfermant un appareil photo pour le rendre silencieux
plan séquence : plan long qui inclut l’intégralité d’une scène, sans coupe, sans montage.
HMC : les loges habillage, maquillage et coiffure.
Le chef opérateur (ou directeur de la photographie) est en charge du contrôle de la qualité visuelle d’un film. Il supervise le cadrage, la composition de l’image et l’éclairage.
plan de travail : détermine notamment l’ordre des scènes à tourner pour une journée, leur durée, etc.