Correspondance photographique entre un acteur et un photographe

Aliocha Boi & David Mora (Photo ©Thomas Grin)

THE PHOTO ACADEMY a décidé de laisser la parole à 2 personnes pour une correspondance autour de la photographie, un amateur et un professionnel.Le concept : le premier, amateur, envoie une photo et son ressenti, le deuxième, professionnel, répond par une photo également et explique l’aspect technique et historique du cliché.Deux personnalités, un photographe et un acteur, nous ont répondu et se sont prêtées au jeu de cette correspondance : David Mora, acteur connu, entre autres, pour son rôle de Fabien dans la série Scènes de Ménages et passionné de photographie, a envoyé une image qu’il affectionne à Aliocha Boi, photographe passionné par l’environnement urbain.David a choisi une image de Christian Bruneau, spécialiste de l’Urbex (Urban Exploration) et a laissé Aliocha réagir dessus, avec son oeil de photographe.

©Christian Bruneau

David Mora : “Il y a deux ans, lors de quelques échanges facebookiens avec l’auteur, suite à l’achat d’une de ses photos (RÉSURRECTION), il m’avait répondu :« Oui à un moment ou à un autre la nature reprend toujours le pas. Je ne l’ai pas encore mise en galerie donc elle n’a pas encore de nom, elle fait partie d’une série d’un lieu où il y avait plus de 200 voitures dans la même ambiance. »
J’aime beaucoup l’Urbex mais plus particulièrement quand la verdure reprend possession des lieux. Comme un rappel de la nature à l’homme invasif. Cette photo remet  les choses à leur place. On est peu de choses et c’est bien comme ça. On a trop tendance à l’oublier malheureusement. »

Aliocha : “Techniquement, la photo est réussie. Ce spot urbex est bien connu : un cimetière de voiture en Belgique qui n’existe d’ailleurs plus. L’angle choisi par le photographe met en exergue la quantité de voiture empilée mais permet également de garder une part de mystère.
On ne sait pas réellement ce qu’est cet endroit au départ car on n’a pas un plan général. On s’interroge sur l’origine et l’histoire de ce phénomène. La photographie qui engendre des interrogations, c’est ce qui est intéressant dans l’exploration urbaine.”

Pour justifier et développer sa réponse, Aliocha a, à son tour, envoyé une photo :

©Aliocha Boi

Aliocha : J’ai voulu répondre avec une photo d’urbex également. J’ai choisi celle-ci pour montrer l’importance de l’angle et des variations des prises de vue, peu importe le type de photographie. Après avoir inspecté ce lieu, un spot dans le Nord de la France, j’ai remarqué au dernier moment un trou dans un mur qui permettait de voir cette perspective en forme de toile d’araignée d’une manière différente. Il faut toujours bien observer son environnement, qui peut nous réserver des surprises à tout moment. Souvent, les photographes d’urbex choisissent de photographier au grand angle pour montrer l’endroit dans son entièreté. Cela peut être compréhensible parfois mais il est, pour moi, plus intéressant et aussi fort de varier les angles et de montrer une seule partie de l’endroit, peu importe l’objectif choisi.