The Lochness Monster, 1934

Une arnaque légendaire

Robert Kenneth Wilson est à bord de sa Jaguar, il sillonne la route qui longe le lac ; son regard est accroché à sa surface, et il ne s’en détache que brièvement, par alternance, pour contrôler la trajectoire de son véhicule. L’homme scrute intensément chaque remous de ses eaux.

L’homme scrute intensément chaque remous de ses eaux. Soudain, il stoppe la marche du véhicule, et son corps tout entier se raidit. Comme si il venait d’assister à un évènement aussi extraordinaire qu’épouvantable, son visage se blanchit d’effroi avant de s’enthousiasmer… A distance, il aperçoit le monstre du Loch Ness, le dénommé Nessy, qui n’existait alors que sous la forme d’une vague légende.

En un geste brusque, Robert sort brusquement de son état pétrifié, et dégaine son 35mm ; il l’arme et déclenche l’obturateur compulsivement.

L’histoire retiendra une des photographies prise ce jour-là (les autres étant trop floues que pour pouvoir être exploitées).

loch

loch

La version non-recadrée de la célèbre photographie.

loch

Voici la version des faits de Robert Kenneth Wilson, chirurgien basé à Londres, et auteur du mystérieux cliché…

Evidemment, Robert est un gros mytho. Robert n’a jamais vu le monstre, Robert a juste bricolé un petit monstre en carton-pâte. Robert est ensuite allé le poser dans le lac, et a consciencieusement pris le cliché dans son arnaque.

Sacré Robert.

loch

Robert Kenneth Wilson

loch

La recette d’une bonne escroquerie tient au nombre de personne dupées, et à ce jeu-là, Robert reçu une aide de poids : le 21 avril 1934, Le Daily Mail présenta le cliché en première page du quotidien.

On peut y lire comme titre : « Exclusif : le chirurgien et sa photo du monstre du Loch Ness »

Le commentaire au bas de l’image nous explique ceci : « Voici un agrandissement, sans aucune retouche, de la photographie mystérieuse représentant le monstre du Loch Ness. Cette image a été prise par un chirurgien du sud du pays, et elle a été confiée à notre rédaction en exclusivité. Le chirurgien en question est Mr Robert Kenneth Wilson, et il nous explique (en page 11) les circonstances dans lesquelles il a obtenu cette photographie avec son appareil reflex. Il affirme que le monstre, avec son cou en forme de serpent, et sa petite tête, se tenait à environ 200 mètres de lui. »

lock

Première page du Daily Mail, 21 avril 1934

loch

Cette incroyable supercherie provoque l’émoi au sein de la société ; les croyants en « Nessie » y voient la preuve finale de son existence, certains sont persuadés qu’il s’agit d’une tromperie. Mais personne ne reste indifférent à l’image du chirurgien, et tout le monde y va de sa théorie sur la nature de cette photographie.

Le débat prend même un tournant scientifique, à tel point que dans les années 1960, le Loch Ness Investigation Bureau ouvre une enquête d’observation qui allait durer une dizaine d’années, et qui enregistra environ 20 observations par an.

En 1972, l’Académie de sciences appliquées organise une expédition ; Des sous-marins miniatures équipés de sonars sont utilisés pour explorer les profondeurs du Loch. L’interêt du public fut encore ravivé lorsque des images de « nageoires » furent ramenées des profondeurs.

loch

Image sous-marine, Académie de sciences appliquées, 1972

loch

En 1994, le voile est enfin levé sur la mystérieuse photographie ; le fils de Ian Wetterwell (complice de Robert Kenneth Wilson dans la réalisation de la photographie) avoue que le monstre de l’image est faux, et qu’il ne s’agissait que d’une figurine posée sur une souche d’arbre et immergée dans le lac.

loch