Foetus de 18 semaines, 1965

L'illustration morbide de la vie

Le 30 avril 1965, Le magazine Life sortait un numéro spécial intitulé « the drama of life before birth » (l’histoire de la vie avant la naissance). Le contenu de cette édition reprenait, au fil des pages, les étapes du développement d’un foetus au sein du ventre de la mère.

L’intégralité des photographies illustrant l’hebdomadaire furent prises par le photographe suédois Lennart Nilsson.

fetus

Couverture du magazine Life, 30 avril 1965

fetus

Depuis que l’avortement légal existe, le débat autour de ce droit est enragé… Incontestablement, l’image ci-dessus a mis son grain de sel dans la grande opposition entre le « droit de choisir » et le « droit de vivre »… Mais la première réaction du public face à cette photographie fut « Bon sang! Mais comment a-t-il réussi à prendre cette image? »

Habituellement, la réponse à cette question est l’utilisation d’une optique photographique grand-angle macro très spécifique, en fibre de verre, et capable de s’introduire profondément dans l’utérus. Si il est vrai que Lennart Nilsson a produit la majorité de ses photographies intra-utérines grâce à cette technologie, la série de 1965 a été constituée d’une toute autre manière…

fetus

Lennart Nilsson et un de ses étranges appareils (ici une caméra vidéo)

fetus

Ce que beaucoup de personnes ignorent, et ce dont beaucoup n’ont pas pris conscience au moment de la lecture du magazine en 1965, c’est que la plupart des embryons et des foetus photographiés sont morts… Il sont été « chirurgicalement extraits » pour des raisons médicales.

Pour obtenir ces photographies, Nilsson a conclu un marché avec l’hôpital de Stockholm qui le prévenait à chaque fois qu’un foetus devait être avorté. Dans ce même hôpital, le photographe avait installé son matériel photographique, prêt à être utilisé. Un fond noir, et une certaine disposition donnèrent l’illusion d’une photographie intra-utérine.

fetus

Quelques pages du magazine LIFE du 30 avril 1965

fetus

Depuis le jour de leur parution, les images de Nilsson ont été largement utilisées par les militants anti-avortement, bien souvent sans la permission du photographe. Les images servants à démontrer que dès les premiers stades de son développement, le foetus à une physionomie humaine, et qu’il est donc identifiable comme une personne à part entière…

Lennart Nilsson, n’a quant à lui jamais tenu de position, ou exprimer une opinion claire à ce sujet. Il a cependant commenté la démarche de son travail:

« Je suis animé par le désir d’illustrer le processus de fabrication de la vie ; c’est une chose qui nous concerne tous, et qui pourtant reste cachée et invisible… Mes images ont également une vocation éducative ; je souhaite qu’elles puissent accroître notre respect pour la vie. »

fetus