Babylift Operation, 1975

Le "kidnapping humanitaire" de 3000 enfants vietnamiens

Mais non, vous ne rêvez pas ; notre image de ce jour représente un tas de bébés dans des caisses en carton, dans un avion.

Nous sommes le 12 avril 1975, et une bonne centaine de bambins vietnamiens s’apprêtent à percer le ciel en direction des Etats-Unis. C’est sur le continent américain qu’ils rejoindront leurs familles d’adoption.

baby

L’arrivée à destination

baby

Dès le début de l’année 1975, la conclusion de la guerre du Vietnam est pressentie: la défaite est imminente pour l’Amérique, elle perdra bientôt son combat face aux armées nord-vietnamiennes et au bloc communiste de l’URSS.

Aux U.S.A, de nombreuses association d’aide à l’enfance, comprenants qu’il s’agit alors de leur dernière chance, réclament au gouvernement américain de pouvoir « arracher » les enfants du Vietnam des griffes du communisme.

baby

Une demande de dons de l’association Friends For All Children, 1975

baby

Dès lors L’opération Babylift est officiellement déclenchée le 3 avril 1975 par le président américain Gerald Ford. Le but officiel de la mission étant d’évacuer « les enfants métis nés de pères GI et les orphelins de guerre qui sont en cours d’adoption par des familles américaines ».¹

Dès le lendemain du lancement de l’opération, le 4 avril, un avion Galaxy C-5 de l’US Air Force est affrété. L’engin militaire s’envole avec à son bord 328 passagers, mais juste après le décollage, une décompression de l’habitacle contraint le pilote à faire demi-tour. L’avion s’écrasera quelques minutes plus tard près de l’aéroport de Saigon…

Sur la totalité des personnes à bord de l’avion, 78 enfants trouvèrent la mort, ainsi que 46 membres de l’armée. Les enfants survivants trouvèrent soit l’accueil dans des familles établies prés du lieu du crash, ou furent soit replacés sur les vols suivants.

baby

Le site du crash du Galaxy C-5, le 5 avril 1975

baby

L’opération Babylift commence donc par un échec cruel, ce qui génère un certain malaise pour les gouvernements, notamment auprès des responsables de Saigon. L’opération Babylift ne s’arrête cependant pas avec cette tragédie ; d’autres avions partiront les semaines suivantes, avec à leur bord de nombreux enfants.¹

Environ 3000 petits vietnamiens seront délocalisés durant l’opération ; deux milliers vers les Etats-Unis, le reste vers la France, l’Australie ou encore le Canada.

Pour aider l’entreprise, certains riches particuliers feront prêt de leurs avions personnels, comme Hugh Hefner, fondateur du magazine de charme PlayBoy.

baby

La descente de l’avion personnel d’Hugh Hefner, fondateur du magazine de charme PlayBoy

 

Le président Ford accueillant les enfants

baby

Au-delà de ces simples faits, l’opération Babylift est à l’origine d’une des plus grande polémique du XXe siècle…

Au sujet de cette opération, l’opinion publique est plurielle. Certains la voient comme la mission de sauvetage qui a offert une vie meilleure à des milliers d’enfants, pour d’autres elle est la manifestation de l’impérialisme américain, et fut un moyen de se donner bonne conscience.

Aujourd’hui, l’opération est presque assimilée à un « kidnapping massif ». En effet, des questions pertinentes se sont posées sur les origines familiales de ces enfants ; étaient-ils réellement orphelins, ou ont-il été donnés par leurs parents dans un acte désespéré de leur offrir une vie meilleur?

Ce sont les familles adoptantes concernées par cette opération qui ont un avis plus positif. Cette « communauté Babylift » considère l’opération comme un bienfait et entretient le souvenir de cette opération.¹

Dans tous les cas, cette incertitude quant au sort des parents biologiques engendra la même obsession pour les enfants du Babylift, devenus aujourd’hui des adultes: tenter de retrouver leur famille vietnamienne, ou du moins découvrir leur origine.

baby

1.Source Wikipédia

baby