Under the influence: Dominic Hawgood explore les rituels religieux.

Hawgood balaye les codes de la photographie documentaire par la décontextualisation des scènes, et la beauté froide de ses images ; les photos n’informent pas sur les rites de ces églises, mais à l’opposé, génèrent une confusion, une interrogation sur la véracité des scènes photographiées.

Le projet de Dominic Hawgood explore les rituels au sein d’églises Évangéliques africaines dans le district londonien.

Le concours international du British Journal of Photography à consacré sa série en 2014.

Hawgood balaye les codes de la photographie documentaire par la décontextualisation des scènes, et la beauté froide de ses images ; les photos n’informent pas sur les rites de ces églises, mais à l’opposé, génèrent une confusion, une interrogation sur la véracité des scènes photographiées.

“Je veux que les spectateurs de mes images soient critiques, et qu’ils s’interrogent : Où ces images ont-elles été prises? Sont-ce des mises en scènes réalisées en studio ou des images purement documentaires, prises sur le vif? Je souhaite que les gens se fassent leurs propres opinions”

Dominic Hawgood oppose deux formes d’images, la première se positionne du côté du prêcheur ; une main tendue, un microphone, un flacon d’eau bénite, tous photographiés avec l’esthétique accrocheuse d’une publicité. Comme si l’institution de l’église opérait les mêmes tactiques de ventes qu’un groupe commercial, c’est-à-dire la promotion d’un rêve, loin de notre réalité.

La deuxième forme d’image se positionne du côté du prêché.

Le regard bifurque vers des êtres en souffrance, sensibles aux promesses d’un prêcheur. Les images sont noires & blanches et ne répondent plus au visuel publicitaire, mais plutôt à celui du reportage.

Dominic Hawgood s’inscrit dans une mouvance actuelle de la photographie qui remet en question le médium comme producteur d’objectivité. Les tenants de ce mouvement, voient davantage l’image photographique comme un puissant outil de sublimation, si ce n’est de manipulation.

Pour en voir d’avantage, rendez-vous sur le site de Dominic Hawgood.