En Tanzanie, Ana Palacios a photographié les femmes et les enfants vivant dans un des centres protégeant les albinos des chasseurs d’humains.

Ana Palacios, photojournaliste, a visité ce centre pour en savoir plus sur la détresse des hommes, femmes et enfants qui y sont recueillis

L’albinisme est une particularité génétique qui se traduit par l’absence totale ou presque totale de mélanine dans la peau et les cheveux. Les personnes qui en sont atteintes sont très vulnérables aux rayons du soleil ce qui peut entraîner, entre-autre, des cancers de la peau si elle n’est pas protégée.

Dans certains pays des centres de secours accueillent de nombreuses personnes atteintes d’albinisme. En effet, dans plusieurs pays d’Afrique (notamment le Burundi, le Kenya, le Mali, le Malawi et la Tanzanie) les albinos sont régulièrement victimes d’homicides du fait que certaines croyances et superstitions locales attribuent à leurs organes et certaines parties de leurs corps les propriétés de transmettre des pouvoirs magiques. D’autres croyances accusent les albinos de porter malheur.

En Tanzanie, les organes des albinos se vendent 400 dollars aux sorciers et guérisseurs. Depuis 2013, les crimes contre les albinos ont considérablement augmenté. La Tanzanie a interdit la sorcellerie en 2015. Les enfants ne sont pas épargnés: cette année plusieurs enfants ont été retrouvés amputés de leurs jambes et bras.

Le gouvernement tanzanien a été forcé de réagir et a créé des centres pour les protéger.

Entre 2012 et 2016, la photojournaliste Ana Palacios a visité un de ces centres trois fois, et a saisi le quotidien de ces femmes et enfants.

 

9-1

8-1

4-1

6-1  2-1

11-1

7-1

5-1

3-2
1-1

14

16

17

Lire la suite: designyoutrust.com