Average Americans : Stacy Leigh donne vie à ses sex dolls

Depuis qu’elle les a découvert il y a quelques années, les sex dolls font partie intégrante de la pratique artistique de Stacy Leigh. Ses images sont captivantes et troublantes, traçant une ligne floue entre intimité et voyeurisme, fantasme et réalité, brutalité et douceur.

« Je suis née et j’ai grandi à New York. J’ai eu et j’ai encore une vie typique d’Américaine. J’ai grandi dans une famille moyenne, ma mère était alcoolique et se droguait. C’est ma grand-mère qui m’a élevé. Vraiment », raconte-t-elle à The Creators Project. « Plus tard, quand j’étais ado à Brooklyn, j’ai fait tout un tas de conneries, je sortais beaucoup, je prenais de la drogue… J’ai fait ce que j’avais à faire à cette époque. Puis, je ne sais trop comment, j’ai grandi, je me suis mise à travailler à Wall Street et je me suis mariée.
Aujourd’hui, je me dis que cette utilisation des poupées est juste un moyen de raconter mon histoire et de faire le portrait de l’Amérique que je connais. C’est un regard froid d’Américain moyen. »

©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh
©Stacy Leigh

Lire la suite : designyoutrust.com