Portrait: la pratique singulière d’Olivier Roller

Olivier Roller ne fait que du portrait et seuls les visages l’intéressent. Il a mis 10 ans pour se sentir photographe et 20 ans pour rassembler son parcours dans un livre.

 

Dans la droite ligne du travail de Stéphane Lavoué présenté la semaine dernière, celui d’Olivier Roller se pose là.

Ça se passe toujours chez Arte TV (lien en bas d’article) et cette fois il s’agit de deux courts entretiens avec Olivier Roller.

Il reprend le thème du sourire dans le portrait, que l’on peut finalement associer à une armure, un obstacle que le photographe doit outrepasser. Il préfère partir de la concentration, qui est finalement l’état “normal” de l’être humain qui ne passe pas son temps à sourire !

La vidéo de la séance avec François Hollande est l’illustration même de ce qu’Olivier Roller emploie comme techniques pour faire tomber les obstacles.

Il cherche à désarçonner son modèle – là encore des gens de pouvoir, qui ne lâchent rien -, pour pouvoir au final s’imposer et imposer l’image qu’il souhaite obtenir.

La deuxième vidéo reprend trois petites histoire de trois séances bien différentes avec le dessinateur Tomi Ungerer, le couturier Karl Lagerfeld et l’écrivain Albert Cossery. Trois histoires différentes qui reprennent finalement l’approche humaine de portrait.

Olivier Roller s’adapte à son modèle autant que ce dernier s’adapte à lui. Boire un coup de rouge (avec Ungerer), tenter un cadrage un peu dingue (avec Lagerfeld) ou bien obtenir une expression totalement par hasard (avec Cossery) sont les ressorts qui permettent à chacune de ces séances d’obtenir des images fortes.

 

Voir les entretiens vidéo sur: info.arte.tv

 

Olivier Roller a d’ailleurs publié un recueil de portraits tiré de 20 ans d’activité.

Nous l’avions interviewé il y a quelques temps: interview Olivier Roller.

Son site est également .